Mairie de Paris

Conférence de presse du 05 novembre 1999

La restauration du Parc des Buttes-Chaumont

FLECHE


Le Parc des Buttes-Chaumont

HISTORIQUE

____

Une création du Second Empire

Créé à l'emplacement d'anciennes carrières de gypse, le parc des Buttes-Chaumont a été inauguré dans le cadre des festivités de l’Exposition Universelle de 1867, au terme de quatre ans de travaux titanesques.

Né de la volonté de Napoléon III, le parc des Buttes-Chaumont est l’œuvre la plus spectaculaire de l’ensemble des parcs (Monceau, Montsouris) et squares créés sous le Second Empire, pour transformer Paris en ville moderne.

Projet visionnaire du Baron Haussmann, le parc des Buttes-Chaumont doit son existence à une équipe composée de l’ingénieur Jean-Charles Adolphe Alphand, du paysagiste Edouard André, du jardinier Jean-Pierre Barillet-Deschamps et de l’architecte Gabriel Davioud.

Une imitation poétique du paysage

Le parc des Buttes-Chaumont est l’aboutissement du style " paysager " qui trouve ses origines dans les jardins anglais du début du XVIIIème siècle, conçus à partir de l’observation de paysages naturels.

La scène centrale, constituée du lac et de son promontoire rocheux, évoque le paysage d’Etretat avec son pic et son arche.

Tout concourt à révéler le caractère pittoresque de la nature : le relief, la diversité des formes d’eau, les constructions (les ponts, les pavillons, la grotte), les enrochements, le végétal. Les chemins jouent sur les effets de perspectives et donnent une impression d’immensité.

Un relief modelé par les mineurs

Le parc des Buttes-Chaumont a été édifié sur le site d’une ancienne carrière de gypse, pierre à plâtre utilisée pour la construction, et qui rendait le terrain impropre à la culture. Il reste en sous-sol trois niveaux d’anciennes galeries d’exploitation remblayées.

Le relief de la falaise et du pic a été créé à partir d’un promontoire rocheux épargné par les mineurs puis reprofilé au moyen de meulière et de ciment pour leur donner leurs volumétries actuelles.

Sur les pentes remodelées, une couche d’argile, qui joue le rôle de barrière protectrice des bancs de gypse, a été étendue pour assurer le développement de la végétation. L’intégralité des terres du parc des Buttes-Chaumont est de la terre rapportée (200.000 m3).

Un parc populaire

Le parc des Buttes-Chaumont a connu dès son ouverture un grand succès. Sa fréquentation n’a fait que croître au cours des années. Le mercredi, et surtout les fins de semaine, le parc est envahi par les visiteurs.

Si l’urbanisation du quartier a modifié la nature et l’étendue des panoramas, le parc a gardé sa configuration et son ambiance, pour le plus grand bonheur des promeneurs.

Le parc des Buttes-Chaumont vient de fêter son 132ème anniversaire. Au détour des allées, les enrochements, les effets d’eau, les constructions, les plantations incitent toujours à la découverte et éveillent l’imagination. Les sportifs en apprécient les formes vallonnées, les promeneurs et les rêveurs sont séduits par sa végétation et son caractère pittoresque.

Toutefois, sous cet aspect verdoyant, le parc des Buttes-Chaumont présente des signes d’usure dus au temps.

Le Parc des Buttes-Chaumont

ETAT ACTUEL

_____

Un sous-sol instable

Aménager une ancienne carrière en jardin était un tour de force. La destruction des galeries a été effectuée par foudroyage (éboulement volontaire du toit d’une carrière souterraine pour remplir les vides laissés par l’exploitation), ce qui n’assure pas des remblais stables.

Des affaissements causés par des éboulements souterrains se sont créés. Les conséquences de ces désordres dans le sous-sol commencent à avoir des répercussions importantes sur la stabilité des divers ouvrages du parc.

Actuellement, on constate des instabilités importantes dans le pic et les enrochements de la falaise de l'île, des affaissements des culées des ponts, des fissures dans les pavillons, des glissements dans divers enrochements et des amorces de fontis (affaissement localisé du sol, causé par un éboulement souterrain) dans les pelouses et les circulations.

Des désordres liés à la roche

Le gypse est une roche soluble dans l’eau. Les parties de gypse à découvert, exposées à la pluie depuis leur création, sont très altérées. La falaise naturelle a reculé de 1,50 mètre en 130 ans. Les produits d’altération se déposent en pied de falaise.

Le vieillissement des radiers des ruisseaux a entraîné des infiltrations d’eau. Les bandes de gypse en sous-sol se sont altérées, ce qui a provoqué des tassements au niveau des fondations des ouvrages et des instabilités.

Aujourd'hui, le plus important des ruisseaux est à sec. Des zones entières d'enrochements sont interdites à la promenade. Le pic de la falaise de l'île, qui fut l'élément le plus spectaculaire et le plus admiré lors de la création du parc, doit bénéficier d’une intervention approfondie destinée notamment à en conforter la stabilité.

Le Parc des Buttes-Chaumont

OBJECTIF DE LA RESTAURATION

_____

Les mesures conservatoires visant à sauvegarder le parc dans un état d’entretien satisfaisant (peinture des clôtures, remise en état du mobilier, entretien des constructions et des plantations) et les mesures de sécurité vis à vis du public (mise en place de palissades, d’étaiements, abattage d’arbres morts) qui ont été entreprises jusqu’à aujourd’hui, ne sont plus suffisantes.

Il faut envisager une intervention plus lourde, qui redonne au parc une pérennité et lui restitue ses scènes pittoresques (la falaise et le pic, les enrochements, les ponts...).

Il est relativement aisé de se faire une idée de l’aspect du parc des Buttes-Chaumont lors de sa création. Les plans, les photographies anciennes, les gravures, les reportages et les récits abondent. De plus, depuis sa création, le parc des Buttes-Chaumont n'a pas subi de transformations fondamentales dans son tracé et son architecture. Il ne présente pas de dysfonctionnements majeurs.

Le Parc des Buttes-Chaumont répond aux besoins quotidiens des visiteurs et ne présente pas de dysfonctionnements majeurs. Toutefois, sa forte fréquentation, signe de son succès, incite à repenser l’accès des chiens et la circulation des véhicules dans le parc.

Les travaux de restauration visent ainsi à restituer les caractéristiques de la composition d’origine. Quelques adaptations minimes ont été effectuées, tout en respectant l’esprit de l’époque de sa création, pour répondre aux demandes des usagers et y intégrer les techniques modernes d’exploitation.

Le Parc des Buttes-Chaumont

LE PROGRAMME DE RESTAURATION

_____

Les consolidations de sous-sol

L’audit du sous-sol a révélé de nombreux vides de galeries mal comblées, et un sous-sol hétérogène mal compacté.

Il faudra procéder à deux types de consolidation de sol : l’une très générale sur l’ensemble du parc, l’autre adaptée à chaque ouvrage de génie civil (bâtiments, ponts, enrochements).

Les cheminements

L'état des cheminements est préoccupant : effondrements partiels, vétusté des bordures caniveaux, chapes fissurées, trottoirs chaotiques, stabilisé érodé.

Il faut reprendre la totalité des circulations sur les modèles d'origine : les grandes allées, les allées secondaires, les chemins en rocaillages.

Les modelés de sol

L'art de modeler les sols est l'un des points forts du jardin de style Napoléon I I I . Il consiste, entre autre, à créer aux abords d’une allée qui traverse la pelouse, de légers bombements pour la dissimuler au promeneur placé en contrebas, et assurer ainsi la continuité visuelle du terrain.

Avec le temps, ces modelés s'estompent. Il faut les refaire d’après les coupes détaillées dans l'ouvrage d'Edouard André "Traité Général de la Composition des Parcs et Jardins" (1879).

Les réseaux

A l’occasion de la reconstruction des allées, un réseau d'assainissement moderne sera créé sur l'ensemble du parc.

Le réseau d'assainissement sera complété d'un réseau de tranchées drainantes à l’arrière des enrochements et des constructions. En évitant les infiltrations, il contribuera à la pérennité des ouvrages restaurés.

L'arrosage doit également être entièrement repensé. Le réseau sera géré par informatique et centralisé.

L'adduction d'eau potable sera remise en état.

Les réseaux d’électricité pour l’éclairage des allées et l’illumination des fabriques (belvédère, falaise, kiosque) seront refaits aux normes actuelles.

Le lac et les ruisseaux

L’eau fait la richesse du parc des Buttes-Chaumont : eau miroir du lac, eau courante des ruisseaux, eau tumultueuse des cascades.

Le lac ne semble pas poser de problèmes techniques. Une réfection complète du radier a été réalisée en 1969. Toutefois, l’étanchéité du radier sera vérifiée et refaite si nécessaire. Il faudra également remédier à l'usure des berges engazonnées trop fréquentées par les promeneurs et les pêcheurs, et créer des conditions de sécurité en bord de plan d'eau.

Les ruisseaux sont dans un état beaucoup moins satisfaisant. Les radiers sont presque toujours fissurés, ce qui entraîne des infiltrations et donc des tassements au niveau des fondations des ouvrages. Sur le plan esthétique, les ruisseaux sont souvent enfouis sous une végétation excessive qui étouffe leur cours et leur enlève leur attrait. Une reprise des massifs de végétaux le long des ruisseaux permettra de retrouver la vision d’origine et de reprendre la stabilité et l'étanchéité des ouvrages.

Une réhabilitation des ouvrages de rejet et d'alimentation sera également effectuée.

Les enrochements et les rocaillages

(les rocaillages sont des ouvrages en ciment armé imitant le bois, employés pour constituer des rambardes ou des abris. Style très en vogue en France, au XIXème siècle).

Le site des Buttes-Chaumont a permis de mettre en scène de grands ensembles d’enrochements, si appréciés au XIXème siècle. Ils sont avec l’eau, les éléments les plus caractéristiques et les plus spectaculaires du parc.

Le belvédère et la falaise sont les éléments phares du parc. Actuellement, le pic et les jardinières en balcon menacent de s’effondrer, les parois artificielles en meulière sont fissurées et les revêtements de protection en ciment sont écaillés.

Les réparations à envisager sont lourdes et comprennent la reconstruction du pic et des jardinières de façade, le traitement des fissures et la restauration du cheminement dans la falaise, la réfection des revêtements de protection des façades artificielles et naturelles.

Il faudra s'assurer, par des consolidations du sous-sol, de la stabilité de l'ouvrage et par un drainage, de la maîtrise de l’eau, en tête de falaise.

Plusieurs groupes importants d'enrochements existent dans le parc, complétés de quelques ensembles de taille plus réduite. Tous ces enrochements présentent des désordres de gravité variable, mais qui mettent leur existence en péril à court terme. Ils seront reconstitués.

Les rocaillages, les parapets, les contremarches et les bordures d'allées en "faux bois béton" sont en mauvais état. L'origine des désordres est toujours la même : quand le béton est fissuré, les armatures métalliques rouillent et font éclater leur enrobage sculpté. Ils seront restaurés à l'identique.

Les ponts

Trois ponts permettent aujourd’hui au promeneur d’apprécier la vue aérienne sur le parc. Il seront restaurés.

Deux d’entre eux, le pont en maçonnerie accédant à l’île et le pont en structure métallique franchissant l’avenue San Martin, présentent des dégradations importantes dues principalement à l’instabilité du sous-sol et aux eaux de ruissellement autour des ouvrages. Il sera entrepris des travaux de confortation au niveau de leurs appuis.

La stabilité des appuis de la passerelle suspendue, qui permet un deuxième accès à l’île, sera elle aussi vérifiée et consolidée si nécessaire.

La reconstruction de la passerelle de franchissement de la ligne S.N.C.F. de la petite ceinture, démolie il y a de nombreuses années, sera également étudiée.

Les sols des massifs d'arbustes et d'arbres

Les analyses de terre effectuées sur les sols des massifs d’arbustes et d’arbres, révèlent des sols appauvris, tant en structure qu'en composition.

Il ne saurait être question de remplacer la terre végétale, car cela impliquerait l’enlèvement des massifs d'arbustes et d'arbres. Une réflexion sera menée pour trouver des solutions d’amendement des terres en place.

Le végétal

Les arbres ont envahi le parc. Au cours des années et des modes horticoles, de nouvelles plantations ont obstrué les percées, occulté les points de vue, étouffé les vallonnements, si bien que la lisibilité de la composition et la visibilité des étendues n’existent plus.

Il y aura lieu de recréer assez d’espace autour des éléments pittoresques et des monuments environnants pour retrouver les points de vue d’origine. Cependant, la suppression des plantations se fera de manière sélective, plante par plante, en tenant compte de leur état phytosanitaire.

Des tailles de rééquilibrage seront également effectuées sur l'ensemble du parc.

La proportion des feuillages persistants dans la composition des massifs arbustifs, la variété des textures et des couleurs des feuillages, l'étagement des plantations, constituaient le savoir-faire des jardiniers du Second Empire. Au fil du temps, la composition des massifs s’est appauvrie. Elle sera reconstituée.

La qualité du fleurissement du parc des Buttes-Chaumont est indéniable, mais souvent ce fleurissement ne correspond, ni dans les emplacements, ni dans sa forme, aux règles de fleurissement du jardin haussmannien. Le fleurissement sera repensé dans l'esprit d'origine à partir des très nombreux textes qui nous renseignent sur le fleurissement des jardins, entre 1850 et 1880.

En ce qui concerne les pelouses, une reprise régulière par rotation des surfaces a permis dans un parc aussi fréquenté, de conserver des sols engazonnés. Mais il faut pourtant prévoir des réfections plus importantes incluant le travail du sol.

Les clôtures

Les grilles extérieures de clôture du parc, restaurées récemment, sont en bon état.

A l’intérieur du parc, les clôtures de protection des plantations ont été multipliées. Il en résulte un grand échantillonnage de matériel : grillettes parisiennes, grillages plastiques, clôtures de châtaignier.

Le problème est complexe. Une réflexion de base sera menée sur la protection des plantations mais aussi sur l’ouverture des pelouses au public, l’accès des chiens au parc et celui des véhicules aux établissements concédés.

Par ailleurs, des grillages de sécurité ont été implantés en crêtes d’enrochements. Une réflexion sera menée pour trouver de nouvelles implantations permettant leur accompagnement par des plantations, pour leur donner un aspect plus esthétique, sans enlever leur efficacité.

Le mobilier

Indispensables à la vie du parc, les bancs, corbeilles à papiers et éléments de signalétique sont dans un état juste convenable. Si typiques des jardins du Second Empire, ils seront remplacés d’autant plus facilement que les moules en fonte des piétements existent encore.

L’architecture

Le parc des Buttes-Chaumont comporte un certain nombre de pavillons conçus par l’architecte Gabriel Davioud. L’architecture de ces bâtiments est typique des parcs conçus sous Napoléon III, alliant des éléments champêtres et pittoresques à des jeux de polychromie, une variété née de la confrontation du bois, de la brique et de la faïence.

Ils présentent des désordres en façade de gravité variable : corniches disparues, faïences fendues, balcons instables ou fissures inquiétantes. C’est au niveau des fondations que pour certains pavillons, le problème est plus inquiétant.

Ils feront l’objet d’une restauration à l’identique.

Les équipements

Les équipements de loisirs et de détente d’origine (restaurants, buvettes, guignol, balançoires) conservent au parc un côté pittoresque.

En ce qui concerne les concessions (restaurants, kiosques de vente), de nombreuses transformations ont modifié l’aspect des constructions et en masquent les parties les plus anciennes : appentis, auvents, extensions réalisées avec des matériaux incompatibles avec l’esprit du parc. Des moyens seront recherchés pour retrouver sinon l’aspect d’origine, tout au moins une qualité de prestations respectant et mettant en valeur ces constructions.

Le kiosque à musique constitue un problème plus grave. Implanté sur un sol instable et une surface en forte pente, son mauvais état constitue un danger et impose sa démolition. L’implantation d’origine du kiosque était sur le lac. Une étude de la portance des fonds du lac permettra peut-être une réimplantation identique.

Les abris constitués en " faux bois béton " sont inséparables de ce style de jardin, mais les bétons se fendent, mettant en péril, à court terme, les armatures métalliques. Les abris en faux bois seront restaurés, les abris plus récents, étrangers au style du parc, seront remplacés.

Les nouvelles aires de jeux pour enfants seront reprises avec le double souci d’en élargir les possibilités (mais sans augmentation de surface), et de mieux les intégrer dans le parc.

Les sanitaires publics et les locaux techniques du personnel d’entretien seront améliorés.

Le Parc des Buttes-Chaumont

SYNTHESE DU PROGRAMME DE RESTAURATION

___

Les travaux de restauration visent à restituer les caractéristiques de la composition d’origine. Quelques adaptations minimes seront effectuées, tout en respectant l’esprit de l’époque de sa création pour répondre aux demandes des usagers et y intégrer les techniques modernes d’exploitation.

L’ intervention consistera à : 

Le Parc des Buttes-Chaumont

CONCOURS DE MAITRISE D’œuvre

______

Objectifs

Compte tenu de l'ampleur de ce projet et de la notoriété de ce parc, il est prévu de recourir à un concours de concepteurs compétents en matière de restauration de jardins remarquables, pour proposer des solutions techniques et esthétiques répondant au programme prévu, et élaborer le projet de restauration.

Procédure

Il s'agira d'une consultation restreinte, limitée à 5 équipes, qui seront retenues à la suite d'une phase de pré-sélection ouverte à toute équipe de concepteurs. L’équipe sera constituée obligatoirement de :

- un paysagiste D.P.L.G. ou titulaire d’un diplôme équivalent, ayant une expérience professionnelle dans la restauration de jardins remarquables (mandataire) ;

- un architecte D.P.L.G. ayant une expérience professionnelle dans la restauration d’ouvrages d’art ;

- un Bureau d'Etudes Techniques ayant une expérience professionnelle en réhabilitation d’ouvrages affaissés, en hydraulique et en restauration d’ouvrages d'art ;

Si la consultation se révèle fructueuse, l'équipe lauréate se verra confier la mission de Maîtrise d’Oeuvre générale du parc, comportant notamment la conception générale du projet, mais aussi le contrôle général de son exécution.

Coût de l’opération

Le coût d’investissement de remise en état du parc des Buttes-Chaumont dans l’optique d’une restauration paysagère et architecturale conforme au projet d’origine, est estimé à 447 MFrs TTC correspondant à 67 MFrs TTC d’études et frais divers et 380 MFrs TTC de travaux (soit 1807,41 Frs TTC/M² d’investissement).

Le Parc des Buttes-Chaumont

Calendrier prévisionnel

_____

Calendrier des études

- Délibération du Conseil de Paris sur le principe

de restauration du parc ainsi que le lancement

d’une consultation de Maîtrise d'œuvre janvier 2000

- Appel de candidature pour la consultation de

Maîtrise d'œuvre février 2000

- Remise des candidatures pour la consultation

de Maîtrise d'œuvre avril 2000

- 1er jury de sélection de 5 équipes mai 2000

- Remise des dossiers de concours par les 5 équipes octobre 2000

- 2ème jury de sélection du lauréat janvier 2001

- Délibération du Conseil de Paris sur la

passation du marché de Maîtrise d'œuvre février 2001

- Engagement du marché de Maîtrise d’œuvre

et lancement des études A.P.S. avril 2001

- 1ère tranche de travaux 2002

Phasage des travaux

Les travaux se dérouleront en six phases. Le Parc des Buttes-Chaumont restera ouvert au public.

Le découpage des travaux devra assurer l’accessibilité du parc en toute sécurité, et redonner au fur et à mesure au public des zones ou des ouvrages entièrement rénovés.

Le secteur de l'île, où les problèmes de sécurité se joignent à ceux de la conservation d'éléments majeurs de la composition (pic, falaise, ponts), constituera la première phase des travaux.

Cependant, il y aura lieu d’entreprendre, dès que possible, des travaux de consolidation du sol et la restauration du pavillon de l’entrée principale Armand Carrel.

Le pavillon Armand Carrel restauré servira de cadre pour informer le public sur l’évolution des travaux.

Une information sur l’état du parc est actuellement présentée dans un bâtiment provisoire.

Les habitants du quartier et les visiteurs du parc seront informés au fur et à mesure de l’avancement des travaux.

Le Parc des Buttes-Chaumont

CHIFFRES

______

Le parc des Buttes-Chaumont est, après le Parc Floral, le plus grand des 426 jardins de Paris, à l’exception du jardin des Tuileries et du parc de La Villette. C’est aussi le plus escarpé.

25 hectares environ de superficie (247 316 m²)

12 hectares de pelouses

6 hectares de massifs de plantation

1,5 hectare de lac

1 hectare d’enrochements

5,5 kilomètres de voies

2,2 kilomètres de chemins

La falaise 30 mètres de haut.

Accès par 2 ponts, l’un en maçonnerie (hauteur 22 m, portée 12 m),

l’autre suspendu (portée 65 mètres).

Un escalier pratiqué à l’intérieur du rocher permet de descendre

jusqu’au lac (173 marches).

Le lac 1,5 hectares de superficie.

Alimenté par 2 ruisseaux.

Un bac permet de traverser le lac et d’arriver au départ de l’escalier

dans la falaise.

La grotte 14 mètres de large.

20 mètres de haut.

Décorée de stalactites dont les plus grandes atteignent 8 mètres.

Les plantations "Paysage de falaises et de rocailles", planté d’essences diverses

et rares pour l’époque. 

L’architecture 6 pavillons aux entrées principales.

3 restaurants.

1 kiosque à musique construit à l’origine sur le lac et reconstruit

à la suite d’un incendie en 1870 sur la berge du lac.

fleche