ig

Inspection générale

Promouvoir
les bonnes pratiques

Chiffres

  • 51 agents

Dépenses

  • 0,11 million d’euros en fonctionnement
  • 0,009 million d’euros en investissement
  • À travers ses missions d’audit, d’évaluation et de contrôle, l’Inspection générale (IG) contribue à la transparence de la gestion municipale et à l’objectif d’un meilleur service rendu aux Parisiens au meilleur coût.
  • L’IG audite le fonctionnement des directions, les sociétés d’économie mixte dont la Ville de Paris est actionnaire, les délégataires de service public ainsi que l’emploi des subventions par les associations.

Faits marquants

Forte activité de l’IG en 2010 avec 65 missions, dont 55 missions d’audit.

Le secteur de la culture étudié

  • Audit de l’ensemble des conservatoires de la Ville de Paris qui a permis d’analyser les conséquences de leur reprise en régie par la Ville et de vérifier l’atteinte des objectifs de cette réforme.
  • Audit des dispositifs de surveillance et de sécurité dans l’ensemble des musées municipaux.
  • Audits de la Cité internationale des arts, la Maison de la poésie, la Maison des métallos, les Trois-Baudets.
  • Mission d’appui menée auprès de l’établissement le CentQuatre qui a permis de clarifier les comptes et de faire des propositions d’application quasi immédiate concernant les ressources humaines et la sécurité des lieux.

Les délégations de service public régulièrement auditées

  • Les parcs de stationnement gérés par le groupe Vinci.
  • Sept sociétés d’économie mixte.

Des missions portant sur des thèmes transversaux à plusieurs directions

  • Audit de la fonction reprographie, des fonctions de logistique générale, du dispositif de santé au travail, vérification de la protection des données personnelles dans les fichiers informatiques.
  • Évaluation des dispositifs concourant à la réussite éducative qui a permis de cerner les efforts fournis pour aider les jeunes Parisiens à réussir leur éducation et de clarifier les enjeux pour adapter les actions conduites dans ce domaine.

Contribution aux travaux des missions d’information et d’évaluation du Conseil de Paris sur :

  • L’accès des jeunes à un emploi pérenne.
  • Les ascenseurs dans les logements sociaux.
  • Les effectifs et la gestion des ressources humaines de la collectivité parisienne.

Dans le cadre de la réforme de la procédure d’attribution des subventions aux associations, le principe d’audits réguliers des associations recevant plus de 150 000 euros de subventions annuelles a été acté ; à cet effet l’IG a produit un guide méthodologique pour réaliser des « audits flash », à tester en 2011.

Réunions de la commission de suivi des recommandations de l’IG : l’ensemble des rapports adressés au maire depuis 2003 a été passé en revue pour vérifier que tous les risques importants signalés lors des audits avaient bien été pris en compte par l’administration ; 309 rapports sont accessibles sur paris.fr.

Et demain ?

  • Participation aux travaux de l’Institut français de l’audit et du contrôle interne (Ifaci) dans le cadre du groupe professionnel « collectivités territoriales » ; transposition dans les collectivités territoriales du Cadre de référence international des pratiques professionnelles de l’audit interne, à l’instar du travail déjà réalisé en 2010 pour les administrations de l’État.
  • Poursuite des échanges avec d’autres inspections sur des sujets d’intérêt commun.
  • Développement des restitutions orales des rapports auprès des responsables audités et des décideurs.
  • Audit des services administratifs de l’ensemble des mairies d’arrondissement.
  • Audit des écoles d’art de la Ville de Paris.
  • Appui du bureau des Subventions aux associations pour améliorer ses compétences en matière de contrôle des subventions.

 

2010 vu par...

Hubert Bidault
Inspecteur général

Avec sept auditrices et auditeurs, j’ai coordonné l’audit des 17 conservatoires municipaux. En plus de l’intérêt d’une approche transversale de l’action conduite à Paris pour développer des pratiques artistiques amateurs, le constat partagé et les propositions d’amélioration appropriées par les différents acteurs concernés ont entraîné une réelle satisfaction professionnelle. »