dpe

Direction de la Propreté
et de l’Eau

Pour une ville propre

Chiffres

  • 7 862 agents

Dépenses

  • 281,40
 millions d’euros 
en fonctionnement
  • 24,92 
millions d’euros 
en investissement
  •  Assurer la propreté de l’espace public 
et collecter les déchets.
  •  Mettre en œuvre le plan de viabilité hivernal en cas d’épisode neigeux ou de gel.
  • Relever les défis de la réduction, du réemploi et du recyclage des déchets.
  • Préserver la biodiversité de la Seine 
en limitant nos rejets.
  • Assurer la ressource en eau à l’échelle du bassin en participant aux instances de débats sur l’avenir des ressources hydriques, participer à la gestion 
du risque lié à la crue de la Seine.
  • Développer un management 
et des relations humaines d’excellence au service du public.

FAITS MARQUANTS

Collecte et propreté 
toute l’année

  • Collecte des déchets (1,2 million de tonnes) et entretien de l’espace public répondant à des situations d’urgence en cas d’épisode hivernal (salage préventif des 600 kilomètres d’axes prioritaires, périphérique, voies bus, voies sur berges et des 20 000 points stratégiques, passages piétons, escaliers, bouches de métro, abribus, ponts).

Des structures 
et un fonctionnement adaptés pour un meilleur service 
de proximité

  • Les élus associés à la politique de propreté via les plans de propreté conçus avec les mairies d’arrondissement.
  • Une réorganisation du centre d’action pour la propreté de Paris chargé de la verbalisation.

Une meilleure communication

  • Sensibilisation des Parisiens aux enjeux de la propreté : paris.fr, baromètre de la propreté.
  • Information sur les dispositifs enlèvement des encombrants, déchetteries.
  • Mesures innovantes : logiciel du tri sur paris.fr, formations pour les gardiens d’immeuble, dépliants en arabe et mandarin, enlèvement des épaves de vélo.
  • Opérations diverses : « Moins de déchets dans le 11e » qui vise à modifier le comportement de 50 000 habitants ; les 60 ambassadeurs de tri qui agissent pour améliorer la qualité du tri ; le compostage en pied d’immeubles.

Un nouveau service public 
de l’eau

  • Un opérateur unique pour la production et la distribution de l’eau potable et non potable depuis le 1er janvier 2010.
  • Une politique renouvelée pour favoriser l’accès à l’eau des pays en voie de développement avec la DGRI (loi Oudin).

La modernisation 
de l’assainissement

  • Dernière année du programme de modernisation de l’assainissement pour réduire les déversements des eaux de pluie en Seine et préserver l’équilibre et la biodiversité du fleuve et de ses affluents.
  • Mise en service du tunnel de stockage des eaux de pluie à Ivry-Masséna (TIMA).

Des agents mobilisés

  • Effort particulier mené sur la motivation personnelle et la valorisation du métier d’éboueur par une communication interne renforcée, une mobilisation plus forte du réseau des cadres.
  • Renforcement de la procédure de protection fonctionnelle pour une meilleure prise en charge des agents face aux nombreuses agressions subies par les éboueurs.
  • Plan de formation au management proposé à 300 agents de maîtrise et cadres A sous la forme d’un Projet collectif d’amélioration (PCA) qui sera ensuite étendu aux 600 encadrants de la propreté, puis aux agents du service technique de l’eau et de l’assainissement.
  • Prévention des risques professionnels (santé, sécurité au travail), qui engage la direction et les partenaires sociaux et fait l’objet d’un suivi minutieux.

Et demain ?

  • Un logiciel signalement qui permettra aux directions œuvrant sur l’espace public de signaler en temps réel les dysfonctionnements à l’aide d’un smartphone.
  • Extension du compostage en pied d’immeubles.
  • Programme local de prévention des déchets et lancement d’un observatoire chargé de promouvoir la réduction, le réemploi et le recyclage des déchets.
  • Mise en œuvre d’une tarification sociale de l’eau.
  • Convergence eau-énergie : développer la récupération de chaleur dans les égouts pour chauffer les bâtiments.
  • Simplification de la procédure d’enlèvement des encombrants sur paris.fr.
  • Déploiement d’un logiciel de suivi et de dématérialisation du courrier.
  • Livraison des nouvelles corbeilles de rue.
  • Poursuite de la réflexion sur le devenir du réseau d’eau non potable.
  • Application smartphone pour aider au tri.

 

 

2010 vu par...

Marie-Pierre Padovani
Chef de la section de l’Eau de Paris (SEP)

L’année 2010 a été une année de transformation majeure pour la section de l’Eau de Paris qui, depuis le 1er janvier 2010, est structurée autour de deux pôles : la Ville de Paris qui définit et conduit la politique de l’eau et la régie Eau de Paris, établissement public industriel et commercial, chargé de la production et de la distribution de l’eau à Paris. La SEP a vu ses missions se concentrer sur la protection de la ressource et le suivi des milieux naturels, la mise en œuvre d’un partenariat avec la régie opérateur unique et, enfin, la relation avec les usagers et les abonnés. »